Glasseo pose de pare-brise et vitrage automobile ŕ domicile
Les pros du pare-brise
Entrez votre adresse email pour vous abonner à notre Newsletter.
 
GLASSEO continue son action de mécénat pour l'art contemporain, et vous souhaite une Excellente Année 2011 avec « LA TRAVERSEE DES APPARENCES », une photographie de Sylvie Eschbach, où la magie de son regard nous suggère un paysage d’hiver. Image apparue dans la transparence d’une vitrine bretonne. Poésie du verre.

Imagière

Suissesse d’origine, bretonne d’adoption, Sylvie Eschbach vit et travaille à Concarneau. Photographe ? Auteur-photographe ? Elle refuse d’entrer dans ces catégories : « Je préfère me définir comme imagière ».

Un autre regard, une autre réalité

Sylvie Eschbach ne s’attarde pas à la peau du monde. On ne trouvera donc pas de photos touristiques dans son album, pas d’avantage de reportages, encore moins de cadrages sophistiqués. L’évènement, le spectaculaire, elle les ignore.


Elle photographie avec un appareil très ordinaire, sans filtre et sans objectifs spéciaux, pas même un macro. Et les seules retouches qu’elle s’autorise tiennent à des ajustements de cadre et à de minimes corrections de luminosité ou de contraste, c’est tout.

Si on ajoute que ses images sont élémentaires, pleines faces, proportions usuelles, qu’elles ne font appel à aucun effet technique, ni à la prise de vue, ni au développement, on se demande pourquoi ses photographies fascinent. La réponse tient en un mot : le regard. La magie du regard.


Là où le quidam désigne une coque de bateau, l’imagière distingue un tableau surréaliste. Ailleurs, dans cette bassine en cuivre par exemple, elle ressuscite « la Cité d’Ys » et dans une plage de sable, elle marie « la Belle et la Bête ».

C’est que Sylvie Eschbach ne voit pas la réalité comme nous l’abordons communément. Elle ne nomme pas les choses dans leur globalité, elle en sélectionne les éléments qui lui parlent et, ainsi, en concentrant son regard sur tel jeu de couleurs, elle entre en résonance avec son monde intérieur. Alors, elle clique ! Son monde et le monde des apparences fusionnent en une seule image. « Mes photos naissent de la rencontre entre l'imaginaire et la matière ».

Dès lors, parce qu’il est détaché de son contexte, le sujet cadré devient autonome. Le spectateur à son tour y projette sa fantaisie, qui ses souvenirs, qui ses rêves.

Il n’y a pas de métamorphose. Ce qui apparaît dans le réel se retrouve dans l’image, et inversement. En revanche, il y a transmutation : le reflet de la voile devient un château de légendes, la laisse de mer se mue en paysage de montagnes.


Une cohérence plastique et mythologique

L’oeil de Sylvie est toujours surprenant. Qu’il fouille un mur ou une feuille de verre, qu’il se pose sur un papier déchiré ou qu’il se mire dans un ciel à l’envers, il nous offre chaque fois des visions nouvelles. Mais cette diversité n’interdit pas l’unité, au contraire.

L’imagière porte en elle une poétique profonde qui donne à son travail une solide cohérence humaine et artistique.

Qu’elle se réfère à des mondes imaginaires, qu’elle puise dans ses théâtres intérieurs, qu’elle ouvre des territoires contemplatifs ou qu’elle évoque des pays de légendes, elle traduit des racines mythiques. « Mes images sont une résonance de l’être avec le monde ».

Les convictions du rĂŞve

Des expériences multimédia que Sylvie Eschbach a menées avec des plasticiens et des musiciens, de ses nombreuses expositions personnelles et collectives, en Suisse et en France, la presse a dit notamment :
- « Le mystère des apparences ».
- « Ses images témoignent d'une autre réalité, d'un autre versant du monde visible ». - « On entre dans une réalité chargée de rêves, dans un champ ludique ou la surface des choses devient lieu de projections fantastiques ». - « L'exposition déjoue les masques du réel, remet en question la frontière entre le pictural et le photographique ».
- « Elle transpose sur le papier, à la manière du grand peintre chinois Zao Wou-Ki, les méandres de l’abstraction ».

Deux livres de ses images vont paraître en ce début d’année : MEMOIRE DES SONGES et SABIALES I, tous deux accompagnés de poèmes de Gilbert Jolliet.


Rendez-vous reparation pare-brise
Recrutement
- 1 Technicien Ă  CHAMBERY
- 1 Technicien Ă  BORDEAUX
- 1 Technicien Ă  BAYONNE
- 1 Technicien Ă  ANGERS
- 1 Technicien Ă  NANTES
- 1 Technicien Ă  ROUEN SUD
- 1 Technicien expérimenté, chargé d'antenne à STRASBOURG SUD
- 1 Technicien expérimenté, chargé d'antenne à STRASBOURG SUD
- 1 Technicien expérimenté, chargé d'antenne à STRASBOURG SUD
- 1 Technicien expérimenté, chargé d'antenne à AGEN