Retour

Au salon de l’auto 2022, la contre-tendance des mini-voitures

Image
Mini voiture électrique

L’édition 2022 du Salon de l’auto s’est tenue à Paris du 17 au 23 octobre. En ouverture, le rappel d’Emmanuel Macron sur l’objectif « 100 % de véhicules électriques en 2035 » a donné le ton, non sans éveiller quelques craintes, chez les professionnels ou particuliers présents, de tomber dans une autre dépendance : celle des métaux rares. 

  1. L’enjeu écologique

    Cette année encore, les SUV et autres gros modèles étaient particulièrement mis à l’honneur. Pourtant, même électriques ou à hydrogènes, les gros véhicules vont à l’encontre des objectifs environnementaux. En effet, une voiture électrique est écologique si elle est petite, avec une batterie de taille raisonnable, le temps de contrebalancer la dette carbone émise lors de sa fabrication.

    Néanmoins, une autre tendance, plus discrète certes, a pu être observée au Salon de l’auto cette année : les mini-voitures. 

  2. Les modèles

    Huit marques ont exposé cette année leurs modèles à une ou deux places, en majorité électriques, avec ou sans permis. La Microlino, au style rétro tout en arrondis, sera disponible en 2023 à partir de 15 000 €. 

    Chez Renault, place à la Mobilize Duo, au look résolument moderne et personnalisable. Elle proposera deux places : une à l’avant pour le conducteur et une à l’arrière. À noter que l’espace de rangement est transformable pour les personnes à mobilité réduite, avec la possibilité de stocker un fauteuil roulant pliable. La Mobilize Duo sera disponible en plusieurs versions : une sans permis, une avec permis (pouvant aller jusqu’à 80 km/h) et une version utilitaire (la Bento, prévue en 2024) avec un coffre de 700 L. 

    Citons aussi d’autres modèles, quant à eux déjà commercialisés en France, comme la gamme e-Aixam, chez le constructeur d’Auvergne-Rhône-Alpes de voitures sans permis, dont le style va du petit coupé au mini-crossover, en passant par la City Sport, à partir de 16 699 €. 

    Chez Citroën, l’Ami est une micro-citadine sans permis, qui permet d’atteindre les 45 km/h. À l’intérieur, une zone accueille le smartphone qui, une fois connecté, devient l’écran de bord principal pour la navigation et la musique. Elle est disponible en location longue durée, avec un loyer de 35 €/mois (après un apport initial de 3757 €, bonus écologique non déduit). Sa batterie se recharge en trois heures environ sur une prise domestique.

  3. Pour quelle utilisation ?

    Pour les modèles sans permis, la vitesse maximale de 45 km/h est suffisante en ville (ils ne sont pas autorisés sur autoroute). Une mini-voiture de ce type peut être utilisée comme véhicule secondaire du foyer, pour un ado ou une personne seule.

    Les modèles avec permis permettent de rouler jusqu’à 80 ou 90 km/h selon les modèles.

    Ces mini-voitures présentent de nombreux petits rangements, pour les courses par exemple, et sont très pratiques quand il s’agit de chercher un stationnement. En effet, elles n’occupent que la moitié, voire le tiers de la place requise pour une voiture classique.

    Elles peuvent aussi intéresser les collectivités ou les entreprises, pour constituer des flottes de véhicules ou en autopartage. 

    Bref, mini-voiture, mais grand avenir !

"