Retour

Bien choisir un appareil grâce à son indice de réparabilité

Image
Bien choisir un appareil grâce à son indice de réparabilité

Instauré en 2021 dans le cadre de la loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire, l’indice de réparabilité a pour but de nous informer sur le caractère plus ou moins réparable de chaque appareil électrique ou électronique que nous souhaitons acheter, sous forme d’une note sur 10.

  1. À quoi sert cet indice ?

    À l’origine de cette mesure, un constat peu glorieux : en 2020, seulement 40 % des appareils électriques et électroniques en panne étaient réparés. L’objectif est alors d’atteindre 60 % en 2025, en orientant les consommateurs vers des produits plus facilement réparables et en les incitant à recourir davantage à la réparation en cas de panne.
    L’affichage de l’indice de réparabilité est donc obligatoire, en magasin et sur Internet, pour les téléviseurs, ordinateurs portables, smartphones, lave-linge hublot et tondeuses à gazon. À partir de novembre 2022, d’autres catégories vont être concernées : lave-linge top (à chargement par le dessus), lave-vaisselle, aspirateurs et nettoyeurs haute pression.

  2. Comment est-il calculé ?

    La note sur 10 est évaluée à partir de cinq critères :

    • Disponibilité de la documentation : combien d’années la documentation sera-t-elle accessible pour l’utilisateur (s’il souhaite réparer lui-même son appareil) ?
    • Possibilité de démonter l’appareil : par exemple, peut-on dévisser facilement l’arrière d’un ordinateur portable pour en changer la batterie quand cela va s’avérer nécessaire ?
    • Disponibilité des pièces détachées : pendant combien d’années ? et quel délai de livraison ?
    • Prix des pièces détachées ;
    • Et un autre critère spécifique à chaque catégorie d’appareil.
  3. Halte à l’obsolescence programmée

    Pendant un an, l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée)  a mené une enquête pour tester la validité des notes attribuées par l’indice de réparabilité. Le rapport d’enquête de HOP conclut que « l’indice de réparabilité est un bon outil, qui peut être utile pour lutter contre l’obsolescence programmée ». Cependant, l’indice peut être amélioré sur plusieurs points. Un problème vient du fait que les cinq critères sont d’égale importance dans le calcul, alors que certains sont essentiels dans la réparabilité, et d’autres secondaires. Ainsi, un appareil dont les pièces sont collées ou soudées peut tout de même obtenir une note relativement bonne, alors que de toute évidence il sera très difficilement réparable ! Il faudrait donc donner plus d’importance aux trois critères : démontage, disponibilité et prix des pièces détachées.

    Notons qu’une évolution est prévue à l’échelle européenne pour 2024 : l’indice de réparabilité sera remplacé par l’indice de durabilité, plus complet, incluant des informations sur la fiabilité des objets et leur capacité à évoluer.

    Pour aller plus loin, le ministère de la Transition écologique a également mis en place un annuaire recensant 120 000 professionnels, dont l’objectif est d’allonger la durée de vie des objets, ou, pour les plus bricoleurs d’entre nous, un outil de diagnostic des pannes .

"