Retour

Réserve naturelle des Sept-îles – Côtes-d’Armor

Image
Réserve naturelle des Sept-îles – Côtes-d’Armor

Situé au large de Ploumanac’h dans les Côtes d’Armor, l’archipel des Sept-Îles est une réserve naturelle de 40 hectares  composée de Rouzic, les Costans, Malban, l’île Plate, Bono, l’île aux Moines et le Cerf. L’archipel autrefois nommé « Ar Jentilez » (Les Gentilles) en breton est la plus ancienne et la plus importante réserve ornithologique de France.

  1. Un peu d’histoire

    Au début du 20ème siècle avec l’avènement du toursime, la Compagnie de Chemins de fer de l’Ouest organise des parties de chasse aux macareux qui ont ainsi été dessimés passant de 20 000 à 2 000 en deux ans ! Certains chasseurs exposant même le bec si atypique de l’oiseau en guise de trophée. Suite à la vive émotion provoquée par ce massacre, l’archipel est classé en 1912 Site Naturel Protégé, puis  Réserve Naturelle en 1976,  il abrite aujourd’hui plus de 20 000 couples d’oiseaux marins et plus de 27 espèces d’oiseaux nicheurs.
    C’est un véritable sanctuaire pour les oiseaux. Vous pourrez y observer, de loin, de très nombreuses colonies d’oiseaux marins et oiseaux nicheurs : cormorans huppés, fous de Bassan, guillemots de Troïl, huitriers pie, pingouins torda, mouettes tridactyles, goélands marins, argentés ou bruns, océanites tempête ou encore puffins des Anglais, la réserve héberge aussi un petit groupe d’une trentaine de phoques gris. C’est également là que vit la dernière colonie de macareux moine, appelé également le perroquet de mer.

  2. Un combat

    L’île Rouzic est la plus grande réserve d’Europe de l’espèce protégée de fous de Bassan, nichés les uns contre les autres, leur plumage donne l’impression que l’île est recouverte de neige. Quant à l’île aux Moines, autrefois habitée par des moines il y a 700 ans, d’où son nom, elle est le territoire des goëlands.
    Cet archipel est un sanctuaire mais aussi l’emblème d’un combat et d’une urgence. Plus de 70% des espèces d’oiseaux marins ont disparu dans le monde entre 1950 et 2010.  La réserve est gérée depuis sa création par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).  La LPO gère pour l’Etat 25 autres réserves naturelles nationales et régionales. En plus d’œuvrer pour la protection de la nature et la conservation de la biodiversité, sa mission est également d’informer les citoyens de la fragilité de ces îlots.
    L’enjeu est de maintenir une pêche côtière et des activités de plaisance respectueuses de l’environnement et d’apprendre à cohabiter avec lui.Dans un avenir proche, la réserve des Sept-îles pourrait étendre ses frontières, quelque part  entre les îles de Batz et de Bréhat pour continuer à protéger le patrimoine et la biodiversité.

"