Les ADAS : les alliés de votre sécurité au volant !

Expertise technique

Introduits, il y a quelques années, sur les véhicules haut de gamme, les systèmes d’aides à la conduite, ou ADAS (pour Advanced Driver Assistance System), se sont progressivement démocratisés. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Sous l’acronyme « ADAS » sont regroupés tous les systèmes d’aide à la conduite qui visent à réduire le nombre d’accidents ou d’incidents et qui garantissent ainsi la sécurité du conducteur, de ses passagers mais également celle des autres automobilistes, usagers ou piétons

Les ADAS assistent ou informent le conducteur du véhicule et répondent généralement à l’un de ces trois objectifs :

  • Se substituer au conducteur en accomplissant à sa place certaines tâches afin de limiter sa fatigue et favoriser sa vigilance (c’est notamment le cas du régulateur de vitesse qui permet de maintenir une vitesse de conduite constante sans avoir recours aux pédales)
  • Fournir au conducteur un certain nombre d’informations utiles (météo, présence d’objets ou de personnes à proximité du véhicule…) lui permettant d’adapter sa conduite en conséquence
  • Permettre au véhicule de réagir de façon rapide et autonome en cas de survenance d’un risque (freinage automatique d’urgence par exemple)
  1. Des aides de plus en plus nombreuses et démocratisées

    Certaines de ces ADAS sont assez anciennes et communes, à tel point qu’on en oublie qu’il s’agit d’aides à la conduite. D’autres en revanche sont beaucoup plus récentes et sont encore l’apanage des véhicules ou finitions les plus haut-de-gamme.

    ABS, ESP, direction assistée, régulateur, limiteur de vitesse (ainsi que sa version la plus évoluée, le régulateur adaptatif), aide au stationnement, aide au freinage d’urgence, freinage automatique d’urgence, détecteur de conditions d’adhérence, aide au maintien dans la voie, alerte de franchissement involontaire de ligne, feux intelligents, lecture des panneaux de limitation de vitesse, alerte de vigilance du conducteur, détection des piétons, caméra de recul, vision 360°, stationnement automatique… sont autant d’aides à la conduite disponibles sur la plupart des véhicules mis sur le marché aujourd’hui.

    S’il existe plus d’une trentaine d’assistances actuellement disponibles, leur nombre ne cesse de croitre, offrant ainsi une dimension toujours plus sécuritaire aux véhicules. Une étude menée par EuroNCAP en mai 2015 a par exemple démontré une baisse de 38% des accidents par choc arrière, pour les véhicules équipés de l’Aide au Freinage d’Urgence.

    Le 16 avril 2019, la Communauté européenne a ainsi adopté une mesure visant à rendre obligatoires certains ADAS afin de réduire le nombre d’accidents sur les routes.

    Ainsi, en 2022, tout nouveau modèle vendu en Europe devra obligatoirement être équipé :

    • De l’aide au freinage d’urgence
    • De l’aide au maintien dans la voie
    • Du régulateur de vitesse adaptatif
    • De la lecture des panneaux de limitation de vitesse
    • De l’alerte de somnolence du conducteur
    • De la détection des angles morts

    Si, au fur et à mesure de l’évolution des législations et des ADAS, l’automobile devient de plus en plus sûre, elle devient également progressivement autonome. Avec les aides à la conduite les plus récentes, les véhicules sont désormais déjà capables de freiner, d’adapter leur vitesse ou encore de suivre une voie, sans aucune action ou commande du conducteur. Mais s’il existe déjà certains prototypes de véhicules autonomes, leur réelle introduction en conditions réelles de circulation ne sera probablement pas envisageable avant une bonne dizaine d’années.

  2. De l’importance du calibrage

    Le bon fonctionnement de tous ces systèmes d’assistance est assuré grâce à différents capteurs, installés tout autour du véhicule : capteurs ultrasons, radars courte, moyenne et longue portée, caméras ou encore Lidar sont autant d’éléments pouvant se trouver dans les pare-chocs, la calandre, le pare-brise ou encore les rétroviseurs. Pour que toutes ces aides jouent leur rôle de manière optimale et coordonnée, il est indispensable que chaque capteur soit programmé, ou calibré, précisément.  En effet, seul un calibrage professionnel permettra au véhicule d’appréhender précisément son environnement.

    Pour exemple, un simple décalage d’un degré de la caméra située au niveau du pare-brise génèrera un défaut de visée d’1,75m, à 100m de distance. Sur une route de campagne, cette caméra visera alors la voie de gauche plutôt que celle de circulation. Chaque véhicule venant en face sera alors détecté comme un obstacle potentiel, déclenchant alors les différentes alertes inutilement, sans compter que les réels dangers de la voie de droite ne seront alors peut-être pas détectés.

    C’est notamment pour cela qu’il est essentiel, après toute intervention sur un véhicule, que l’ensemble des capteurs concernés soient systématiquement calibrés. Ainsi, après chaque remplacement de pare-brise, nos techniciens GLASSEO recalibrent automatiquement la caméra qui y est fixée. Ils sont formés à tous les types de calibrage correspondants aux différents modèles de véhicules.

    Certains calibrages demandent des conditions spécifiques pour être correctement réalisés. Si celles-ci ne sont pas réunies sur le lieu d’intervention, nous sommes à même chez GLASSEO de proposer différentes solutions à nos clients pour effectuer cette prestation de façon optimale. En effet, notre métier ne se limite pas seulement à la simple pose de vitrage et nous avons adapté nos procédures qualité et modes opératoires aux évolutions du marché automobile.