Retour

Le « cool roofing » ou l’art de rafraîchir les bâtiments par le toit

Image
Le « cool roofing » ou l’art de rafraîchir les bâtiments par le toit

À l’heure où le réchauffement climatique est désormais clairement visible au quotidien, il existe par bonheur des solutions simples mais efficaces, comme celle de peindre les toits en blanc pour préserver la fraîcheur des bâtiments. Il suffisait d’y penser !

  1. Le principe du « cool roofing »

    Cette méthode est ancienne mais fait de plus en plus d’adeptes en France, à mesure que les canicules se font plus nombreuses et plus intenses. Largement plébiscitée aujourd’hui aux États-Unis, elle est utilisée depuis bien longtemps dans les endroits du monde très ensoleillés : du pourtour méditerranéen, comme les fameuses maisons blanchies à la chaux des Cyclades en Grèce, à l’Amérique du Sud.
    Dans le cool roofing, il s’agit d’appliquer une peinture réflective sur le toit, c’est-à-dire une peinture qui renvoie les rayons du soleil : 90 % des rayons peuvent ainsi être réfléchis, ce qui évite dans le même temps au toit d’absorber la chaleur associée.

  2. Les avantages

    Le premier effet positif de cette technique est que le bâtiment garde sa fraîcheur – un gain en température de 6 °C en moyenne –, procurant ainsi à ses occupants un confort très appréciable. Cette peinture permet également de prolonger la durée de vie des toitures, en les exposant moins aux méfaits causés par la surchauffe.
    En diminuant le recours à la climatisation – pour les bâtiments qui en sont équipés –, le cool roofing a alors un impact écologique très fort : moins d’électricité utilisée pour la climatisation et moins de gaz à effet de serre produits. Enfin, la facture d’électricité en est naturellement réduite.

  3. Qui peut en profiter ?

    Le cool roofing s’adresse déjà aux particuliers, mais avant tout ceux dont le logement possède un toit plat ; il peut aussi s’agir d’une extension de maison, de mobil-homes ou d’abris de jardin.
    Il concerne également la plupart des immeubles, des bâtiments publics, des entreprises, notamment les toitures et terrasses commerciales. Plusieurs grandes enseignes, comme le magasin Leclerc de Quimper, le Carrefour de Nîmes ou le Boulanger d’Amiens, en ont déjà bénéficié, avec à la clé une amélioration du confort thermique et des économies d’énergie importantes.
    En France, plusieurs start-up proposent cette technologie, comme Enercool à Nantes ou Cool Roof dans le Finistère. Cette dernière, en partenariat avec l’association écologique Time For The Planet, a d’ailleurs décidé de mettre en ligne une recette de cette peinture plus simple mais accessible à tous, dans un esprit « low tech  » : le produit est 100 % naturel, les composants peu chers et faciles à trouver. Écologique et solidaire.

"