Chaque citoyen a son destin climatique en main

Développement durable

Un sondage Ifop pour La Tribune publié fin 2020 a mesuré l'opinion des Français sur la notoriété et l'efficacité des décisions prises lors de la COP21 pour lutter contre le réchauffement climatique.  Au menu, quelques surprises et une certitude : les citoyens s'en remettent surtout à.… eux-mêmes pour agir.

  1. Les Gaulois réfractaires à l’écologie ?

    Les Français sont moins des « Gaulois réfractaires » en matière d'environnement, mais ils restent fidèles à eux-mêmes. Interrogés pour savoir en qui ils ont le plus confiance pour agir efficacement dans la lutte contre le dérèglement climatique, ils citent en premier les citoyens eux-mêmes, à 31%, et à 69% du total des citations.
    Une preuve qu'ils ont compris que c'est du comportement individuel et de l'éducation à l'écologie que viendront les changements les plus profonds, qui entraîneront le reste de l'économie vers la transition ?
    Le deuxième acteur cité est l'Etat, dont on attend des aides et des incitations à agir et la fixation des règles du jeu.

  2. Les entreprises acteurs de la transition écologique.


    En troisième viennent les entreprises, qui sont considérées comme un lieu efficace pour accélérer la transition, à rebours du discours des activistes sur le « green washing » qui sont, eux, relégués en queue de classement de leur efficacité à sauver le climat. Preuve d'une certaine maturité des Français qui attendent désormais des actes plus que des vociférations...

  3. Une prise de conscience collective

    2020 semble marquer la fin du : « l'écologie, ça commence à bien faire » prononcer par le président Nicolas Sarkozy quelque temps après le Grenelle de l'environnement à la fin de la dernière décennie. Mais aussi la disparition, dans l'opinion, du paradoxal « on ne s'occupe pas de la fin du monde quand on ne peut plus boucler la fin du mois » qu'avait prononcé Emmanuel Macron au lendemain d'un dimanche dévastateur à Paris lors de la crise des « Gilets Jaunes ».
    Les initiatives citoyennes se développent notamment par le biais d’associations de plus en plus nombreuses.