Les bornes de recharge de véhicules électriques en déficit en France

Développement durable

Les bornes de recharge de véhicules électriques en déficit en France

L’achat d’un véhicule électrique devient petit à petit accessible pour tous. Mais il reste encore des freins sur le prix d’achat et sur l’autonomie. Si la batterie reste l’élément le plus important pour augmenter les distances possibles, les bornes de recharge sont l’autre élément indispensable au développement de l’offre électrique et force est de constater que nous prenons notre temps. L’installation des bornes de recharge est non seulement très lente mais aussi très disparate entre les régions ou les villes.

C’est l’histoire du chien qui se mord la queue : Faut-il vite construire des bornes pour accompagner le marché à se développer ? Ou, attendre que le parc de véhicules immatriculés soit plus important pour déployer les bornes ?

  1. Faisons le point.  

    Au moment où nous rédigeons cet article l’hexagone possède environ 35.000 bornes de recharges pour 700.000 conducteurs de véhicules électriques. C’est une moyenne d’une borne de recharge pour 20 véhicules. C’est évidement trop peu.
    Si vous voulez faire des longs trajets, il faudra préparer votre voyage pour ne pas tomber en panne en plein milieu de l'autoroute. Le comble de cette situation c’est que vous allez devoir certainement parcourir plus de kilomètres pour arriver à votre destination puisque vous aurez sûrement un peu de détour à faire pour recharger votre batterie. L’impact écologique positif reste donc encore à démontrer. Sans compter qu’il ne faut pas être pressé puisqu’avec une Renault Zoé par exemple il faut attendre 30 minutes pour avoir 150 kilomètres d’autonomie.

  2. Un maillage erratique

    En dehors du manque de borne en termes de volume, il n’y a aucune logique de maillage intelligent. Ce sont les entreprises privées qui installent les bornes là où elles estiment que c’est le plus rentable pour elles. Pour vous en convaincre il suffit de regarder la carte interactive du site web : chargemap.fr. Vous pourrez voir qu’une ville comme Vannes possède 582 bornes dans ses alentours pour 50.000 habitants. Alors qu’une ville comme Marseille n’en compte que 469 pour presque 900.000 habitants.

  3. Des perspectives encourageantes

    Les pouvoirs publics se sont emparés du problème avec un objectif de 100 000 bornes installées d'ici 2022. Mais, c'est aussi et surtout sur les fournisseurs d'énergie historiques qu'il faut compter puisque la plupart ont bien compris l'enjeu et la bataille fait rage pour être le plus visible. Le mouvement est en marche et il n’y aura pas d’autres solutions au cours des 20 prochaines années. Les voitures roulant à l’hydrogène n’arriveront pas tout de suite et en attendant il faut bien répondre au besoin.