Portrait Cyril DION nos héros écolos

Développement durable

Nous avons pour la plupart découvert Cyril Dion aux côtés de Mélanie Laurent dans le long-métrage « Demain », César du meilleur documentaire en 2016, coécrit et coréalisé avec l’actrice française. Mais l’homme ne se contente pas d’être un réalisateur, c’est aussi un poète, un écrivain et un fervent militant écologiste.

  1. Un homme engagé

    Son engagement naît en 2007 lors de sa rencontre avec Pierre Rabhi et crée avec lui Colibris, une association qui milite pour une société plus écologique et plus humaine.

    Il poursuit son engagement en fondant en 2012 avec Pierre Rabhi le magazine Kaizen ou « construire un autre monde pas à pas ». et écrit en 2018 un « Petit manuel de résistance contemporaine » ou « récits et stratégies pour transformer le monde ».

    Voulant s’adresser au plus grand nombre, il décide de s’atteler en 2010 à l’écriture et à la réalisation du film qui sera vu par plus d’un million de spectateurs en France et diffusé dans près de 30 pays. Pari réussi donc !

    Dans un climat anxiogène, il offre alors un tour du monde des solutions concrètes et solidaires pour lutter contre les crises majeures économiques et écologiques de nos sociétés à travers le monde. Un documentaire inspirant et porteur d’espoir ! En 2018, sort Après Demain, réalisé avec Laure Nouhalat, où il revient sur les initiatives nées lors du premier documentaire.

  2. Chacun fait sa part

    Tout comme la légende du colibri qui transporte dans son bec une infime goutte d’eau pour éteindre un immense feu de forêt, Cyril Dion nous explique qu’il appartient à chacun de s’engager dans la protection de l’environnement, de faire « la part du colibri » en devenant acteur et non plus spectateur des changements.  

    Sa force : changer sa vision de nos crises actuelles en mettant la lumière sur les solutions et non sur les problèmes et les responsables du dérèglement climatique. Prônant une « écologie heureuse », il met en avant la possibilité de vivre et de satisfaire ses besoins d’une manière différente.

    Toutefois devant l’incapacité des gouvernements à trouver un accord pour la COP24, son action et son discours se radicalisent. ​Dernier acte en date : « l’affaire du siècle » : une pétition en ligne signée par un million de personnes et qui attaque l’État français pour « inaction face au changement climatique ».